Red Bull Elements 2013 : Le bilan

Competitors - Winners

Rameurs, trail runners, parapentistes, vététistes, tous membres de la même planète outdoor ! Mais leurs chemins se croisent peu, voire jamais en compétition…

Un relais d’un tout autre genre, unique au monde, les a réunis ce samedi 14 septembre à Talloires (74), sous un soleil radieux et devant un public qui s’était déplacé en nombre pour les encourager.

220 sportifs, groupés au sein de 55 équipes de 4 relayeurs, sont venus défier le chrono et en découdre avec l’eau, la terre et les airs pour cette 3ème édition du RED BULL ELEMENTS.

50 km à parcourir, dont 12,5 pour l’aviron, 5 heures de course en cumulé, 3 décollages et 3 atterrissages en parapente, 1 900 m de dénivelé positif en trail, running et 1 700 m sur 25 km de course pour le VTT…
Les chiffres parlent d’eux mêmes. Dès lors, le relais rentre dans le monde de « l’ultra » et les sportifs, poussés au delà de leurs limites, réalisent une performance sans précédent.

Le Team SCOTT fait le meilleur chrono en 5h 03 min et 29 sec, soit 10 minutes de plus que le record décroché l’année dernière. Les Teams INNOV8 – CYCLEXPERTS et MAG AVIRON CHAMPION SYSTEM N°1 décrochent respectivement les 2ème et 3ème places au classement général. 3 heures 30 séparent la 1ère équipe de la dernière. L’écart s’est creusé principalement sur le VTT.

Competitors - Action

Aviron
Si le format de course a mis des sportifs à rude épreuve, ce sont bien les rameurs…
Habitués à parcourir 2 km sur les courses en ligne ou 6 km dans le cadre des « Têtes de Rivière » où ils partent un à un, ils ont dû aujourd’hui avaler pas moins de 12,5 km, pour finir la course en
courant 1,2 km dans les rues de Talloires, skiff à l’épaule (soit 14kg) avant de passer le relais aux trail runners. Le stress de la distance a été renforcé par les virages autour de bouées, complètement
inédits sur un tracé d’aviron, et par le nombre d’embarcations engagées. 55 skiffs étaient sur la ligne de départ s’étalant sur les 800 m de rive entre Talloires et Duingt. Il s’agissait donc de bien
tenir la ligne, de ne jamais relâcher l’effort et de contrer les vagues générées par un vent sud assez soutenu sur les 5 premiers kilomètres, pour parvenir à distancer le reste du groupe.

Killian Jornet - Action

Trail
Si la distance n’était pas forcément longue (11 km), la montée, elle, était ultra sèche et technique (1900 m de dénivelé positif, 21% de déclivité moyenne). Et plus ça montait, plus c’était raide ! Tous
les ingrédients du skyrunning (minimum de longueur pour un maximum de technicité) étaient donc réunis sur cette montée mythique de la Tournette, pour mettre les trail runners à bout de
souffle. Dans ce genre de parcours, aucune gestion de l’effort n’est possible, il faut être au maximum de ses capacités sur toute la durée. Et pour pimenter le tout, la fin du tracé obligeait les
coureurs à se servir des mains, en se tenant à des câbles, empruntant des échelles et des anneaux.

Julien Egle - Action

Parapente
Compte tenu des excellentes conditions du jour, réunissant visibilité et absence de vent, la complexité du parcours parapente n’était pas dans les airs, même s’il s’agissait pour les compétiteurs
de descendre le plus rapidement possible en réduisant la surface de leur voile au maximum. La véritable difficulté résidait dans les portions de course à pied que les parapentistes ont du réaliser,
voile pliée, entre les 3 décollages et atterrissages. Un effort physique important sachant qu’une voile pèse 6kg. Au total, autant de temps de vol que de course à pied ! En bouquet final : l’atterrissage sur
la plateforme installée sur le lac, dans le Port de Talloires qui, pour certains (1 sur 3), se transformait en « amerrissage » quand ils manquaient la réception.

Competitor - Action

VTT
1 700 m de dénivelé, 25 km de course au total et 60% de single-tracks (monotraces)… Un parcours extrême à tous les nivaux ! Mais les vététistes se souviendront surtout de la descente. Ultra
technique, elle n’autorisait aucun repos et exigeait d’eux d’être attentifs tout le long. Le moindre relâchement pouvait être fatal dans cette course contre soi-même. Le bike park situé en fin de
parcours avec passerelle suspendue dans les arbres est venu pimenter le tracé et a été particulièrement apprécié des participants.

Add a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *